Ethic Simplicity

Des consommateurs séduits par la simplicité telle une nouvelle éthique   

Comment expliquer l’appétit qu’ont les consommateurs pour ces nouvelles marques dont les produits sont fabriqués localement, à marges faibles, et qui revendiquent sur leurs étiquettes non pas un logo de grand groupe, mais un bon rapport qualité-prix ?

Si la crise mondiale est passée par là, marquant un taux de chômage record parmi les jeunes générations et l’appauvrissement des précédentes, elle n’est pas pour autant la seule explication de la remise en question des principes de la consommation de masse.

Le modèle de croissance des trente glorieuses étant désormais derrière nous, c’est aussi la révolution Internet qui rebat les cartes.

Si dans son versant positif, elle constitue un intense levier pédagogique qui a permis à un outil d’expression démocratique d’émerger, l’Internet s’avère avant tout une révolution de notre modèle économique par un accès à presque tout, de la part de presque tout le monde, même si on attendait qu’elle produise plus de nouvelles richesses.

Grâce à une information disponible permettant au plus grand nombre de disposer de contenus gratuits, d’échanger des services, et de partager de l’information, il transforme tous les aspects de la société.

Vers une économie du gratuit-payant

Notre modèle précédent est ainsi en train de se muer en un modèle mixte où voisinent les contenus gratuits et les produits payants, induisant d’autres comportements de consommation, où rien de ce qui est « donné » ne sera désormais payant.

Mais la seconde conséquence de l’essor d’Internet et des réseaux sociaux, est de rendre le consommateur beaucoup moins disponible pour faire du shopping.

Même si l’Internet n’a pour l’instant inventé que le recyclage d’idées ou de produits culturels déjà présents (sans en créer de nouveaux, à part des plateformes de distribution et des outils d’analyse, de recherche et de communication), il n’en reste pas moins que la valeur ajoutée (gratuite) du partage de connaissances et d’informations culturelles et sociales, renvoie le produit, en particulier le produit de mode, à une catégorie moins désirable qu’auparavant, distancé par l’attrait de l’information issue des réseaux sociaux.

Car celui-ci, s’il est plus « dispersé » aujourd’hui dans ses centres d’intérêt, est aussi plus informé, ce qui en fait un meilleur consommateur.

C’est dans ce contexte du « moins de temps de cerveau disponible pour les marques », organisé jadis autour de la consommation de produits de mode, que s’invente la réponse des grandes enseignes, qui doivent se mettre en phase avec ce changement durable des pratiques.

Nouveaux consommateurs, nouvelle éthique : responsable ou uber consommateur ? 

Devant la disparition programmée des ressources de la terre, le réchauffement climatique, et la fin du revenu du travail pour tous (« l’uberisation de l’économie »), le consommateur se mue en citoyen plus qu’en simple consommateur, aidé en cela par l’accès à la connaissance issu d’Internet et des réseaux sociaux.

L’information disponible et l’éveil citoyen donnent naissance à des marques conscientes et responsables, qui énoncent leur vision du monde actuel à travers leur offre produit.

L’accent est mis sur le rapport prix-qualité-aspect, les circuits courts et donc, sur une proximité avec les producteurs, une relation de confiance avec les consommateurs – de plus en plus demandeurs de transparence et d’éthique de la part des marques dans le contexte de la mondialisation -.

Ce nouveau courant : « Ethic simplicity » est un mélange de « less is more », de « frugal » et de « Normcore » qui réintègre la notion de simplicité comme gage de distinction.

Le comportement éthique et responsable étant rendu plus désirable, de nouvelles marques investissent le marché.

Capture d’écran 2016-03-17 à 15.49.30

De nouvelles « petites » marques qui séduisent localement

Quelques exemples concrets : la nouvelle marque de lunettes Sensee propose des prix imbattables, à « 49€ tout rond » la monture, avec une large gamme de lunettes au design esthétique et branché, fabriquée entièrement en France. L’objectif n’est pas de faire du « low-cost », mais plutôt du « low marging », afin de « bousculer l’ordre établi » et de simplifier l’achat des nos lunettes.

 

02
Site web Sensee

Capture d’écran 2016-03-17 à 15.49.22

Chez Maison Standards, marque de vêtements made in France, on « change les règles pour vendre autrement : des mini collections, sans saisons, sans intermédiaires, sans boutique physique ».  Des belles pièces classiques (des standards) de qualité à des prix justifiés : sur leur site, la rubrique « Combien coûte ? » décompose le prix de vente en coûts de matière première, de fabrication, de transport pour être transparent avec le consommateur en ce qui concerne leur marge.

04
Maison Standard

La culture et les valeurs identitaires qui se rattachent aux produits sont désormais leur nouvelle valeur ajoutée, quand demain, acheter devra aussi être un acte éthique et citoyen. 

Associés à une conduite qui reflète cet idéal de transparence, la connaissance et le savoir mis à disposition du consommateur-acteur constituent aussi le nouveau luxe de demain.

Les marques qui vendront non pas leur histoire, mais du savoir (utile dans la vie culturelle et économique de tous les jours), sont celles qui arriveront à fidéliser une clientèle volatile mais consciente du fait que consommer éthiquement est la manière de sauvegarder les ressources de la planète.

Avant de revenir au troc, faites vos jeux, l’heure est à la consommation en pleine conscience!

 

Autre marques

Paloma Wool

Paloma Wool est le nom de la créatrice et de son projet Made in Barcelona. 100% lin, les modèles déclinent une idée de la simplicité du vêtement, autour desquels espaces et expériences dialoguent autour de l’acte de s’habiller, et rendre ce réflexe plus conscient.

06
Paloma Wool

Capture d’écran 2016-03-17 à 15.49.36

Über den Wolken

Über den Wolken est une marque qui simplifie la mode avec des vêtements confortables et pratiques. En débutant par une offre de vêtements recyclés au centre de Barcelone, la petite boutique vintage a créé sa propre collection dessinée par la créatrice du lieu, Julia Breiter, qui affirme: « Je crois en une mode qui est la prolongation de notre mode de vie, une manière de penser de manière belle et simple ».

IMG_6363
Über den Wolken

People Tree

une autre marque de vêtements cette fois anglo-japonaise, proposent une mode respectueuse de l’environnement qui soutient des artisans et des agriculteurs dans plusieurs pays du monde, du Bangladesh au Kenya, en passant par le Népal (où souvent ces derniers sont surexploités par les géants de l’industrie textile).

L’idée ici est de trouver une alternative durable au modèle de « fast fashion » actuel (l’industrie de la mode est la deuxième industrie la plus polluante de la planète, devancée seulement par celle du pétrole), afin de ralentir (puis inverser) le rythme et le mode destructeur de notre consommation actuelle. Les collections se construisent sur un savoir-faire traditionnel : broderies, imprimés, bijoux, tricot faits-main. Des matières premières exclusivement biologiques, sourcées dans l’intérêt de la planète.

12
Site web People Tree

Sézane

Quand Morgane Sélazory créé  Sézane, elle propose une garde-robe de qualité à un prix juste. Première des marques françaises à avoir choisi de grandir uniquement sur internet, elle organise sa production autour d’une dizaine de produits, et quelques produits phare par an, organisant la rareté qui fait monter le désir de ses clientes. Ses newsletters à l’aspect personnalisé prolongent l’expérience d’achat en créant un lien d’intimité avec son univers.

Parmi ses créations emblématiques : des boots déclinées en plusieurs hauteur de talon. Côté éthique et durable, Sézane organise une grande collecte avec Le Relais qui recycle les vieux jeans en les donnant à ceux qui en ont besoin ou en les transformant en isolation pour des logements sociaux, en échange de 20 euros de bons d’achat.

13
Sézane

Marie Marot

Maison créée en 2012, plus que l’éthique de fabrication, c’est celle d’un look où les pièces inutiles de la garde-robe sont bannies pour ne garder que l’essentiel. L’accessoire devient le jeans ou le manteau quand toute l’attention est portée sur une chemise sobrement déclinée en plusieurs tissus ou formes.

Amour du détail, simplicité des lignes, qualité des matériaux, en faisant de la chemise, détournée du vestiaire de l’homme, l’emblème de la féminité, Marie Marot a imposé une esthétique dont elle nourrit son fil Instagram, hors des sentiers battus d’une mode copiée-collée.

17
Marie Marot

Côté design 

Le français TH Manufacture mise sur le local, le fait-main, et l’humain. Cette maison d’objets déco travaille avec des créateurs et producteurs locaux, valorisant ainsi l’artisanat et l’unicité de chaque pièce.

14
Site web TH Manufacture

Côté retail

Tictail, un site retail dédié à la création de sa propre boutique de mode.

15

 

DP

Enregistrer

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *