20, Maresfield Gardens

Freud n’a vécu qu’un an, au 20, Maresfield Gardens, pourtant, sa maison de Londres renferme l’essentiel de sa mythologie, sa collection d’objets archéologiques, ses meubles viennois et en particulier le célèbre canapé qui semble conserver sa mémoire.

The canapé de Sigmund

Il flotte pourtant sur cette belle maison la présence lumineuse de sa fille, Anna, qui dédia sa vie à son père, avant de la dédier à celle des nombreux enfants qu’elle a traités par la psychanalyse.

Ainsi, deux bureaux sont conservés : celui de Freud où l’on découvre ses lunettes sur son bureau, en face du canapé qui a inspiré des générations de psychanalystes, et à l’étage, de manière plus discrète ; celui de Anna Freud, modeste espace de travail qui ouvre sa vue sur la campagne anglaise.

C’est grâce à elle que la maison a pu être conservée et dont la présence légère habite toujours les lieux, derrière ses bijoux en pierre et son canapé simple, sa machine à écrire et le portrait d’un moment d’enfance.

“Bow-Window”
“La machine à écrire d’Anna Freud”
“Le canapé d’Anna Freud”

Dans la librairie, l’atmosphère se fait plus légère encore avec les produits dérivés, comme la pâte dentifrice à la banane et les pilules qui garantissent une guérison durable.

Le paradis des névrosés et des amoureux du Monde d’Hier.

Photo D. Pétrès: “Vue du 1er étage”

Photos DP

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *