La renaissance du barbu

img2_1

(article paru en 2013)

Depuis quelques mois, les barbus ont pris toute la place dans les catalogues, les publicités et la communication des marques. Des barbus trentenaires tantôt chics arborant la barbe « belle époque » de nos arrières grands-pères, tantôt rocks, rescapés d’une virée en Harley Davidson dans le grand Ouest, avec un peu de cambouis sur l’épaule. L’occasion pour nous d’interroger cette nouvelle figure de l’homme moderne, et de nous demander de quoi elle est le signe.

Le barbu philosophe et enseignant à la Renaissance

Pietro Perugino , Le Christ remettant les clés à Saint Pierre, 1486.

La barbe était le signe distinctif des philosophes et des ascètes dans la statuaire grecque et romaine, elle devient à la Renaissance l’attribut obligatoire du « Christ enseignant », du « Christ pèlerin » et du « Christ souffrant », trois des figures les plus représentées de l’art Chrétien.

Christ bénissant, Giovanni Bellini 1500 | Christ bénissant, Anonyme 1480

Le barbu dans l’imagerie occidentale renvoie ainsi à l’image de ce Dieu qui montre le chemin à suivre, vit dans la frugalité, constitue une communauté et enseigne des valeurs humaines et sociales. Il est cet homme « qui prend la route » (Jack Kerouac) tel que l’ont plus tard personnifiés les beatniks des années 1960, en quête de spiritualité (tel qu’on le retrouve dans la comédie musicale culte de l’époque « Jésus Christ Superstar »).

mrelbank.tumblr.com | Beards, Justin James Muir

L’arrivée du barbu dans la publicité signe ainsi le retour d’un homme « renaissant », en quête de spirituel, acteur de sa vie, proche de la nature et à la fois connecté à la toile, se posant en héros d’une culture gratuite à l’image des inspirateurs d’Internet (Henry David Thoreau et Jack Kerouac(2)).

Jack Kerouac

A la fois guide, homme de culture et de nature, il se pose en contrepoint des extrémismes, par une barbe qui s’affiche profane, mais rappelle son origine sacrée.

Il représente littéralement ’homme auquel on peut croire, et c’est pourquoi la publicité s’en est saisie (Notons ici que cette représentation fait écho aux images présentes dans l’espace médiatique des deux autres religions monothéistes: la religion Musulmane et la religion Juive).

Chanel

Aujourd’hui, cette figure de « l’homme barbu » contribue également à le « re-viriliser » dans une société dont les frontières hommes-femmes ont été transgressées, pour en faire une figure rassurante, intemporelle, solide sur les plans physiques et intellectuels, la figure du barbu étant toujours associée à sa capacité à comprendre et à enseigner. Il constitue une sorte de remède primitif à la crise de sa représentation et à la crise que vit actuellement l’Occident.

Nul doute que les produits destinés à faire le buzz en 2013 seront autour de la barbe : savon, lame de rasoirs et produits cosmétiques pour la peau ; les « barber shops » fleurissent déjà à Paris. Les hommes aiment à s’y retrouver pour papoter entre garçons. Question accessoire, la barbe a déjà fait son apparition en version tricot chez Beardo. La refonte complète du vestiaire de ce nouvel homme devrait suivre.

adopteunmec.com

Beardo

Le barbu, mode d’emploi : Etat des lieux dans la publicité en cinq déclinaisons 

1 – Le barbu est votre AMI 

Avec sa barbe bien taillée, et ses fleurs délicates négligemment posées dessus, on l’imagine parfumé et près à convoler. Le barbu est notre ami, il est rassurant comme un nounours ou un gros sac à main. D’ailleurs, on s’imagine bien parader à son bras.

AMI

Alexandre Mattiussi a créé en 2011 la marque AMI constituée de ses initiales et de la dernière lettre de son nom. A 30 ans, il développe un dressing masculin bien pensé, chic et, surtout, cool. « Il n’y a pas de fantasmes dans cette collection, ce sont des vêtements pour la vraie vie », indique le créateur sur son site.

On retrouve ce pragmatisme jusque sur les étiquettes, qui donnent des conseils d’entretien aux trentenaires qui, très cools, lavent et repassent eux-mêmes leurs vêtements (même s’ils ont une copine). Dernier détail qui contribue à incarner cette nouvelle génération d’hommes : l’étiquette précise également : « Conseil d’Ami : la fabrication est réalisée – (avec amour) ».

Herman Dune

2 -Le barbu est cool

Tendance mais pas trop, apprêté mais pas efféminé, le barbu cool se marie à toutes les occasions. Fêtes entre amis, dîners avec des collègues, déjeuners familiaux. Il sera partout à sa place. Mainstream mais pas banal, c’est le barbu d’élection des marques. A mi-chemin entre le gendre idéal et l’homme des bois, on l’adore déjà mais on espère ne pas se lasser trop vite de son raffinement tellement cool.

3 – Le barbu est super sexy, il vous emmène sur la route

Aventure d’un soir ou de toute une vie, le barbu est sexy. On aimerait qu’il nous emmène en virée sur les routes de Californie. Même avec sa barbe négligée, il nous fait craquer.

Zadig & Voltaire

Zadig & Voltaire

4 – Le barbu est intelligent

Avec sa barbe longue, il ravira vos soirées et épatera vos amis grâce à tout ce qu’il a appris lors de ses longues études. Il a toujours un livre à la main, c’est à ça qu’on le distingue des autres barbus. Le barbu intello n’a que faire d’aller tailler sa barbe toutes les semaines, il a autres chose à faire : penser.

The Kooples

5 – Le barbu est sportif

Il pourrait être bûcheron au Canada mais il a choisi le Marais comme terre d’élection. On l’en remercie, et on admire sous sa bure ses muscles proéminents et dans l’échancrure de sa chemise, ses poils roux et abondants. Tout terrain, ce barbu là peut le cas échant retaper votre future maison de campagne et vous faire plein d’enfants.

Sandro

Conclusion

Si l’on devait résumer d’une phrase la tribu des barbus : une tendance lourde faite d’un savant mélange d’authenticité et de raffinement culturel, car ce barbu là au croisement de l’homme idéal et de l’homme des bois, on n’a pas fini d’en entendre parler.

Frères Passion

Jack Passion, classé deuxième aux Championnats mondiaux de la barbe et de la moustache en 2012


[1] Nommée « Renaiscience » au Salon Maison et Objets, dans son édition de Janvier 2013

Thoreau (philosophe, naturaliste et poète américain né en 1817 à Concord (Mas. Usa). Son œuvre majeure « Walden ou la vie dans les bois » prône une vie simple dans les bois en marque de la société. Il a aussi écrit « La désobéissance civile », dans lequel il prône l’idée de résistance individuelle face aux gouvernements (quand ils sont injustes).
Jack Kerouac (auteur américain), né en 1922 à Lowel (Mas. Usa), est écrivain et poète. Il est l’auteur du livre culte de la beat generation « On the Road », et de « Les clochards célestes »

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *